Accueil > Questions énergétiques > Perspectives futures > 1997 : fermeture de Superphénix ; en 2012 la Russie construit un autre (...)

1997 : fermeture de Superphénix ; en 2012 la Russie construit un autre Superphénix

vendredi 6 juillet 2012, par PH

1986 : Après le succès de Rapsodie et de Phénix, le prototype de réacteur à neutrons rapides et à caloporteur sodium (RNR-Na) de taille industrielle démarre en France. Malheureusement, c’est le contre choc pétrolier, puis avec la chute de l’Union soviétique, le prix du gaz s’effondre, et pour couronner le tout, les mouvements antinucléaires exploitent l’accident de Tchernobyl. Le surgénérateur ne bénéficie d’aucun soutien politique, chaque problème mineur inhérent à tout prototype devient l’occasion d’une immobilisation administrative. En 1996 Superphénix fonctionne correctement, et se prépare à sa visite décennale. Mais en 1997,sa fermeture est le prix à payer d’un accord électoral entre les Verts et le Parti socialiste.

La Russie exploite depuis 1980 un RNR-Na de 600 MWe, et depuis 2006 a le projet de lancer un surgénérateur plus gros. Cette année la réalisation du BN-1200 est lancée, c’est à dire pratiquement le même réacteur que Superphénix.

En 1986 la construction de Superphénix était terminée.La France possédait alors, le plus gros surgénérateur au monde (1200 MW) Après sa fermeture en 1997, la conception d’un nouveau prototype de 600 MW était prévue dans une loi de 2006, le projet a été validé en 2010.

En 2020, lorsque la France aura reconstruit un RNR-Na de 600 MW, la Russie fermera le sien, pour exploiter un réacteur son nouveau réacteur de 1200 MW. La situation inverse de 1986 : Superphénix avait donc 34 ans d’avance.

Caractéristiques de Superphénix

Puissance électrique : 1240 MW
puissance thermique 3000 MW
conception intégrée (pool)
température du primaire : 545°C
taux de régénération : 1,25


Et celles du BN-1200

Puissance électrique : 1220 MW
Puissance thermique : 2900 MW
conception intégrée (pool)
température du primaire : 550°C
taux de régénération : 1,2


Nota : Comme on le voit les coeurs sont très similaires : assemblages combustibles (FA) : 193+171 soit 364 pour SPX et 426 pour le BN1200. 174 assemblages fertiles (RBA) autour pour le BN et 233 dans SPX. Enfin une protection neutronique sur le pourtour.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?