Accueil > Questions énergétiques > Comprendre rapidement les questions énergétiques > Le potentiel ridicule du photovoltaïque en milieu urbain

Le potentiel ridicule du photovoltaïque en milieu urbain

dimanche 3 juillet 2016, par PH

En novembre 2015, l’APUR (l’atelier parisien d’urbanisme) a publié l’ étude Analyse du potentiel solaire. Toitures du Grand Paris [1]

Cette étude consiste à estimer le potentiel solaire sur huit types de bâtiments de l’agglomération parisienne : centre ancien, immeuble hausmannien, HBM, immeubles 1950 et 1970, ZAC et entrepôts.

Il s’agit dans chaque cas de photographier une zone d’habitat uniforme, puis de mesurer la surface de toiture convenablement orientée. On en déduit la surface de panneaux installable en respectant la réglementation et en tenant compte des masques. Les surfaces de toitures retenues sont celles qui permettent de produire plus de 1000 kWh électrique par an et par kW photovoltaïque installé ou plus de 400 kWh thermiques par m2 de panneau solaire thermique. Sauf utilisation de panneaux mixtes, les deux potentiels ne s’additionnent pas. Le résultat est assez important, il indique que sur les immeubles, seuls 3 à 11% de la toiture peut accueillir des panneaux solaires.

Pour Paris, la surface exploitable est de l’ordre de 2 millions de m2, ce qui correspond à une puissance maximale de 3 GW ou une puissance moyenne de 0,4 GW et compte-tenu de l’opposition de la production avec la consommation à une puissance utile de 0,2 GW. Pour sortir des fossiles, La population de Paris a besoin de 3 à 4 GW continus. La centrale de Nogent sur Seine ne fermera pas.


[1réalisé par le cabinet Elioth filiale d’Egis concept.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?